Dutilleux : Sonate – Beffa : 6 études, Voyelles par Lorène de Ratuld. Henri Dutilleux & Karol Beffa (CD audio – 2006)

Coup de ♥ de l’académie Charles Cros

 

« Le bel héritage

Presque soixante ans séparent Karol Beffa (trente-trois ans) de Henri Dutilleux, deux compositeurs qui assument le caractère très français de leur production musicale, sans que ceci soit en rien limitant, ni sur le plan formel, ni sur  celui de l’expression. La jeune pianiste Lorène de Ratuld a eu l’excellente idée de réunir dans un même album ces deux créateurs attachés à des valeurs proches héritées notamment de Debussy.

Issue du CNR de Paris, elle a reçu les enseignements et les conseils de quelques uns des pianistes pédagogues les plus féconds : Jean-François Heisser, Christian Ivaldi, Dominique Merlet… Son itinéraire la conduit à aborder des répertoires originaux, comme une intégrale Scriabine, et des pratiques musicales ouvertes. Elle se produit beaucoup en musique de chambre et mêle souvent interprétations et improvisations, précisément en compagnie du pianiste compositeur Karol Beffa. La sonate de Dutilleux qu’elle interprète ici avec force et imagination date de 1948. Dédiée  à l’épouse du compositeur, Geneviève Joy, cette œuvre mêle rigueur formelle et  richesse harmonique. Comme une suite originale à Debussy ou Ravel.
De Karol Beffa, Lorène de Ratuld interprète trois œuvres échelonnées entre 2000 et  2004 : Sillage ,Six Etudes et Voyelles . La rigueur compositionnelle, constamment présente ne bride en rien la mobilité d’une musique de l’impression, de la sensation, faite par endroit de micro-éléments  liés entre eux, d’une succession de suggestions subtiles. Quelques harmonies  évoquent parfois Scriabine, alors que le souvenir de Ligeti n’est pas très éloigné.
Lorène  de Ratuld s’approprie ce langage et cette magie sonore avec un aplomb absolu. À découvrir absolument. »

Article de Serge Chauzy, sur www.classictoulouse.com (http://www.classictoulouse.com/a-disques-ratuld.html )

« La jeune pianiste nous offre une lecture très convaincante, un investissement constant au fil de ces trois mouvements. […] Une musique pour piano qui coule aussi aisément sous les doigts qu’à l’oreille, dont Lorène de Ratuld s’approprie le flux avec un naturel confondant. »
Diapason, février 2006

« Lorène de Ratuld restitue avec élan et éclat cette partition contrastée, alternant motorisme jazzy et suspensions méditatives nimbées de mélancolie… »
Libération, 3 février 2006 (http://next.liberation.fr/next/010137627-dutilleux-beffa-sonate-sillages-six-etudes-voyelles)

Partager :